Sortie d’automne 2019 : à BEUIL (06), aux portes du Mercantour 21 et 22 septembre

Eric et Nathalie se sont lancés dans l’aventure de l’organisation d’une jolie petite balade sur 2 jours dans le département des Alpes Maritimes.

Le « camp de base » est situé à BEUIL, Camping le Cians, avec des logements atypiques ( chalets, caravanes, bulles… ).

Nous nous sommes donc tous retrouvés « route du col de la Couillole », ça ne s’invente pas, le vendredi soir et, comme d’habitude, dans une super ambiance.

Malgré la distance pour atteindre cette belle région, inconnue de la plupart d’entre nous, complètement en bas à droite de notre beau pays, nous étions quand même une grosse trentaine à participer.

Samedi

Samedi matin, après un petit breafing où Eric nous explique que de toutes façons, ça va monter, nous voila partis sur des routes très sinueuses au beau milieu de montagnes très escarpées.

A ENTREVAUX, le maire nous accueille sympathiquement :

C’est un très beau village :

où l’on rencontre de droles de personnages :

et, ce qui ne gâche rien, possède un fervent amateur de motos anciennes qui nous fait le plaisir de nous ouvrir son musée :

Le retour se fera sans encombres, mais il faut bien remonter tout la-haut, la-haut et les côtes sont terribles. Heureusement après un petit apéro, nous nous sommes retrouvés dans la salle du village où un ami de Nathalie et Eric nous avait préparé une bonne tartiflette !

Dimanche

Il était prévu une météo exécrable, mais, à notre surprise, il y avait un joli petit soleil. Pendant que les plus lointains commençaient déjà à remballer, un petit groupe d’irréductibles s’est formé et a pris la route en direction de ISOLA 2000. La veille, Nathalie et Eric, nous avaient dit qu’il y aurait une quarantaine de kms. Finalement 60 km aller + autant au retour, on est loin du compte ! D’autant plus que nous ferons finalement, au moins la moitié sous la pluie.

Mais quelle jolie balade !

Nos hôtes pour cette automnale s’étaient autoproclamés  » à l’arrache.com », pensant être un petit peu « justes » en organisation. Maintenant nous pouvons les rassurer : c’était plus que parfait et on dira même : à renouveler !!

Un grand merci à eux 2 et leurs copains locaux qui ont donné un coup de main.

Noël BONNET : Qui est ce motard sans moto ?

Seul le hasard des rencontres peut donner la réponse.

Tout d’abord, il faut savoir que mon père François Philibert né en 1905 a commencé à travailler à l’âge de treize ans. De treize à quinze il a été en apprentissage chez Seguin fabriquant de robinets. Il fut alors embauché par Mr Goyon en 1920 il avait donc quinze ans.

Il est passé par tous les postes de la fabrication et il est arrivé au service de la mise au point et de la réparation. Il a occupé le poste de contremaitre jusqu’en 1955 date de son départ.

A son embauche en1920 il y avait seulement trois ans que l’entreprise Monet Goyon était créée, il a ainsi connu toute l’évolution de l’entreprise, presque jusqu’à la fin. On peut dire qu’il a eu à intervenir sur pratiquement tous les modèles.

Pour ma part entre 1950 et 1955 j’ai été deux fois en colonie de vacances à Lamoura dans le jura.

Vous comprenez déjà mieux mon intérêt pour tout ce qui touche à cette entreprise.

Je suis membre d’une association « mémoires en mâconnais » dont le but est de receuillir

auprès de nos anciens des tranches de vie, qui mises bout à bout donnent une vue de la vie à Mâcon dans l’ancien temps .

En février 2016 je devais rencontrer monsieur Bleton qui a travaillé pendant cinq ans pour Monet Goyon . Gérard Fussy qui avait contacté notre présidente souhaitait participer à l’interwiew, ce qui fut fait.

Il n’a pas eu de mal pour me convaincre de participer à la préparation de l’expo de 2017.

J’ai participé à cette Sortie et je vous propose cette Vidéo Souvenir:

À propos de admin

Moto Club Monet Goyon et Koehler Escoffier.
Ce contenu a été publié dans La vie du MCMGKE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire